Identification Abonnement

La référence des filières du commerce des grains


Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mardi 02 février 2016

Brangeon veut développer son activité d'empotage de conteneur à la verticale


Cet outil industriel permet d'optimiser le chargement en grains des caisses mobiles et ainsi réduire les coûts de fret à l'exportation.


« Au terme de cinq années de perfectionnement, notre outil d'empotage à la vertical de conteneurs a aujourd'hui atteint son rythme de croisière, avec 100.000 t chargées par an, explique Anne-Sophie Barbeau, chargée de communication du groupe L' l'e Brangeon, basé en Maine-et-Loire. Mais il est possible d'accroître ce tonnage, en passant d'un fonctionnement en 2 x 8 sur cinq jours à du 3 x 8 à temps plein. » L'outil développé par Brangeon Transports et Logistique – filiale de l'entreprise familiale qui emploie 850 salariés sur le Grand Ouest – permet de charger un conteneur à la verticale. La caisse mobile étant remplie à ras bord, cet équipement permet d'en « optimiser le chargement pour ré-duire les coûts de fret à l'export », précise le communiqué. « La société propose des prestations complètes, de l'empotage sur le site de stockage du client au transfert du conteneur vers le port du Havre, voire jusqu'à destination », complète Anne-Sophie Barbeau.

Des prestations sur-mesure

Brangeon Transports et Logistique propose à ses clients – traders, courtiers, exportateurs, im-portateurs, coopératives agricoles, industriels ou transitaires – des prestations adaptées à chaque particularité logistique ou produit (maïs, pulpe de betterave, pois, orge, tourteau, millet...). Le conte-t neur est habillé d'un grand sac zippé à usage unique, qui permet de protéger le grain. Des prestations complémentaires de désinsectisation, fumigation et contrôle au chargement, transport portuaire ou maritime sont aussi possibles. « Les certifications Qualimat et GMP+, et la capacité d'écoute d'une équipe experte permettent à Brangeon Transports et Logistique de se placer en partenaire expérimenté des acteurs de la filière Grains », conclut le communiqué.

Karine Floquet



Feuilletage