Identification Abonnement

La référence des filières du commerce des grains


Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mardi 17 janvier 2017 | régnier

« L'ADN de l'entreprise, c'est le pain »


Régnier présentera au Sirha de Lyon sa nouvelle gamme d'apéritifs salés et de pâtisseries surgelées que la PME veut implanter dans les GMS. Elle n'en délaisse pas pour autant son activité “boulangerie”.


Voici tout juste quatre ans, Vincent Sepieter apprenait dans les allées du Sirha que Régnier était à vendre. Depuis, les choses sont allées très vite. Un protocole d'accord, signé en février 2013 avec la famille Régnier, sera suivi d'une acquisition définitive trois mois plus tard. Et dans quelques jours, la PME qui ne cache pas ses ambitions de développement sur le secteur du “traiteur sucré-salé surgelé” en complément de son activité boulangerie, proposera sa nouvelle gamme sur son stand du Sirha de Lyon.

Travail de la pâte

« On a repris un bâtiment sur la zone industrielle d'Arques près de Saint-Omer dans lequel la famille Régnier fabriquait pains et pâtisseries fraîches », explique Vincent Sepieter.

De tout temps, on a voulu faire des produits plus élaborés, tant en pâtisserie qu'en traiteur sucré-salé.

Boulangers de père en fils depuis 1864, la famille Régnier s'était notamment spécialisée dans la fabrication de pains platine, une spécialité des Flandres qu'elle commercialisait en RHD et en GMS. Autrefois installée en centre-ville de Saint-Omer, la PME a intégré 2 000 m2 de locaux sur un terrain de 16 000 m2 en 2004. Le nouveau propriétaire n'oublie pas les racines de cette PME, reconnue pour son savoir-faire artisanal dans « le travail de la pâte ». Pour le directeur général de Régnier, également aux commandes de Nova Sources (cf. encadré), pas question en effet d'abandonner cette activité boulangerie dont il a néanmoins externalisé la distribution ! « On livre tout le Nord-Pas-de-Calais avec une dizaine de camionnettes qui partent de l'usine entre 1h et 5h du matin », explique celui qui a investi dans une nouvelle ligne de pains traiteur (de 17 g à 100 g) permettant la fabrication de faluches, navettes ou mini-burgers… Régnier livre “Terre des Lys” (Boncolac), approvisionne la Restauration collective (Dupont Restauration) ou des chaînes commerciales comme Beers'&Co.

La PME développe aussi le cramique au sucre, produit traditionnel du nord de la France, mais de plus en plus fabriqué de l'autre côté de la frontière. « On travaille une farine des Hauts-de-France fournie par l'Artésienne de Minoterie de Vitry-en-Artois (Pas-de-Calais). Chaque année ce sont 1 000 t de farines, dont 10 % de farine bio, qui entrent dans l'usine », précise Vincent Sepieter.

3,9 M€ investis

« L'ADN de l'entreprise, c'est le pain », souligne avec force le chef d'entreprise qui livre des distributeurs spécialisés comme Thiriet, Coup de pâte ou Four à idées… Mais si le pain et ses dérivés représentaient 60 % de l'activité des quarante-cinq salariés en 2013, trois ans plus tard et dix salariés en plus, le pain ne pèse plus que 30 % de l'activité de l'entreprise (25 000  pains/jour) ! « De tout temps, on a voulu faire des produits plus élaborés, tant en pâtisserie qu'en traiteur sucré-salé », explique Vincent Sepieter qui a de grandes ambitions dans le secteur « des produits apéritifs salés ». Et pour cela, l'entreprise a investi 3,9 M€ dans un bâtiment de 1 600  m2 jouxtant l'ancienne boulangerie et opérationnel depuis le 18 juillet 2016.

En s'appuyant sur le savoir-faire de ses quinze pâtissiers, Régnier développe le dessert individuel surgelé, profitant de l'explosion du café gourmand (+ 24 % en restauration commerciale). La PME a également développé une gamme de produits apéritifs salés. Présentée pour la première fois au dernier Sial, cette gamme à la marque Régnier exclusivement réservée aux distributeurs sera mise en avant au Sirha. « Car si nous sommes présents dans les rayons “Boulangerie Pâtisserie” des GMS, nous sommes totalement absents des rayons surgelés », déplore Vincent Sepieter. En trois ans, Régnier a vu ses ventes croître de 4,2 à 5,5 M€ (+31 %). « Notre objectif est d'atteindre les 8 à 10 M€ de chiffre d'affaires dans les trois ans qui viennent », conclut Vincent Sepieter.

Nova Sources, fédération de PME

Créé en 2004, le groupe Nova Sources fabrique et commercialise des produits sucrés et salés. Implantée à Armentières (Nord), cette fédération de PME présidée par Bertrand Boddaert et dirigée par Vincent Sepieter, s'est spécialisée à l'origine dans le légume, le champignon et le fruit (Francep-Garnier) à destination de la RHF et des GMS, activités regroupées dans Gelpass. Nova Sources entretient des partenariats avec le suédois Dagfard (fournisseur de boulettes de viandes chez Ikea), le hollandais Prinsen, spécialiste des édulcorants, poudres chocolatées et diététiques. Avec l'acquisition de Régnier en 2013, Nova Sources se diversifie désormais dans le secteur de la boulangerie-pâtisserie.

Thierry Becqueriaux



Feuilletage

Cotations & Tendances
Blé
Rendu Rouen : 155,50 €/t
Euronext : 161,25 €/t
Chicago 426,00 cts $/bois.
Dollar 0,8462 €
Connectez-vous pour lire la tendance
Maïs
Rendu Bordeaux : 140,00 €/t
Euronext : 145,25 €/t
Chicago 344,50 cts $/bois.
Connectez-vous pour lire la tendance
Orge
Rendu Rouen : 150,00 €/t
Connectez-vous pour lire la tendance
Tournesol
Rendu St Nazaire : 320,00
Connectez-vous pour lire la tendance
Colza
Rendu Rouen : 354,00 €/t
Euronext : 366,75 €/t
Pétrole (Nymex) : 51,84 $
Connectez-vous pour lire la tendance
Soja
Graine/Chicago : 978,75 cents $/bois.
Tourteau/Chicago : 317,10 $/t
Tourteau Montoir : 314,00 euro/t
Connectez-vous pour lire la tendance