Identification Abonnement

La référence des filières du commerce des grains


Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mardi 13 septembre 2016

Pas de risque de rupture


Le niveau de récolte très bas en céréales à paille, en recul sur la moyenne quinquennale et sur la très bonne récolte 2015, ne devrait toutefois pas poser de problèmes majeurs pour l'approvisionnement des Fab.


« Les fabricants d'aliments vont adapter leurs formules en fonction de la qualité disponible : c'est leur savoir-faire et cela fait de ce débouché un élément positif face aux spécificités de la récolte 2016 », expliquent d'une seule voix Stéphane Radet, directeur du Snia, et Valérie Bris, directrice adjointe de Coop de France Nutrition animale.

Baisse des volumes d'aliments

En France, le débouché alimentation animale est important, ce qui assure une valorisation aussi aux céréales qui ne trouvent pas de destination dans les autres secteurs. Sur les volumes, attention tout de même, prévient Stéphane Radet, « car les tonnages d'aliments composés sont en diminution. Par exemple, la crise laitière génère des baisses conséquentes des productions d'aliments et réduit donc mathématiquement le débouché nutrition animale ». Les syndicats enregistrent en effet une baisse de 9,5 % pour les aliments vaches laitières entre juin 2015 et mai 2016.

Attention aux attentes qualitatives des Fab

Les experts alertent sur le fait que si l'alimentation animale peut valoriser des qualités laissées de côté par d'autres débouchés, cela ne fait pas autant d'elle un fourretout car ses exigences qualitatives portent tant sur la sécurité sanitaire que sur la qualité nutritionnelle. « Pour l'instant, nous n'avons pas encore d'informations qui montreraient un problème particulier à cet égard. La récolte est hétérogène et le travail du grain en matière de tri et de nettoyage révèle toute son importance », poursuivent les syndicats. En effet, l'homogénéité et la caractérisation des lots constituent un point clé pour les usines, même si elles peuvent valoriser différentes qualités en matière de PS et de protéines. Le rôle des OS sera crucial cette année. « La situation est impactante pour l'ensemble de l'agriculture. La valeur perdue par cette récolte 2016 le sera pour tout le monde. Une exploitation mixte lait/céréales va cumuler les difficultés. Le débouché alimentation animale est un point positif, mais il n'absorbera pas tout ni n'importe quoi. Les outils et les savoir-faire des opérateurs en France contribueront à utiliser cette récolte en fonction de ses caractéristiques », résume Stéphane Radet. Le cas particulier des éleveurs qui livrent leurs céréales en direct aux usines pour qu'elles soient incorporées dans leurs aliments va également être impacté et leurs coûts alimentaires vont mathématiquement augmenter si leur rendement est moindre que les années précédentes.

Yanne Boloh



Feuilletage

Au Quotidien

Toutes les brèves
Cotations & Tendances